Moi, Christophe Rocancourt, orphelin, play-boy et taulard par Christophe Rocancourt

Moi, Christophe Rocancourt, orphelin, play-boy et taulard

Titre de livre: Moi, Christophe Rocancourt, orphelin, play-boy et taulard

Éditeur: J'AI LU

ISBN: 2290334391

Auteur: Christophe Rocancourt


* You need to enable Javascript in order to proceed through the registration flow.

Christophe Rocancourt avec Moi, Christophe Rocancourt, orphelin, play-boy et taulard

Livres connexes

Les escrocs au destin à paillettes continuent à nous fasciner. Rocancourt est de ceux-là : une enfance malheureuse et miséreuse avec une mère absente, un père alcoolique, et les foyers de la Ddass comme souvenirs de gamin. Rien qui laisse présager un destin hors norme, entre stars, champagne, millions et jolies femmes. Et pourtant, le chemin (chaotique) de Christophe Rocancourt pourrait presque être un exemple de volonté, d'ambition, de réussite. Celui qu'on a nommé "l'escroc des stars" a réussi le tour de force d'être indispensable à la jet-set parisienne après avoir fui la Normandie. Il est parvenu à s'introduire dans le milieu fermé de la noblesse française, des affaires et de la nuit. Un an à peine après son arrivée sur le sol américain, le voilà qui brasse "ses" premiers millions (ou, pour être exact, ceux que les autres le laissent leur voler). Ses amis s'appellent alors Jean-Claude Vandamne ou Mickey Rourke (qui a "longtemps été un frère" pour lui). Et Rocancourt lui, devient, le temps d'un coup, Christopher de Rocancourt, Chris de Laurentiis (fils de producteur), Christopher Rockefeller (fils de milliardaire) ou encore Christopher Loren (fils de vedette de cinéma italienne). Et tout le monde y croit. Rocancourt était celui "que les autres voulaient qu'il soit".
Certes, on a peut-être du mal à comprendre réellement comment le jeune escroc abusait de ses clients et amis. Mais on se surprend à trouver un intérêt à ce garçon qui cite Nietzsche (serait-il celui qui "débusque les illusions, les motivations secrètes des hommes, révèle les arrière-pensées"), au milieu des récits d'arnaques, de passages en prison, cavales de bandit et piscines avec personnel en gants blancs. Ce garçon serait-il plus complexe qu'il n'y paraît ? C'est, évidemment, le roman d'un homme qui cherche à s'expliquer (enfance malheureuse...) et réfute tout engagement avec la Mafia. Mais son témoignage prouve aussi qu'il ne fut dupe de rien. Il a pris l'argent là où il était, sans illusions. S'il parvint à arnaquer les grands de ce monde, il n'a rien d'un Robin des Bois ; il s'agit plutôt d'un homme qui prend sa revanche sur des débuts de vie difficiles. Est-ce cela qui nous le rend presque sympathique ? --Marine Segalen